Les écrans façonnent-ils le développement des cerveaux des enfants ?

Les écrans façonnent-ils le développement des cerveaux des enfants ?

Affirmatif, selon de premières constatations

Si l’on en croit les premiers résultats produits par une vaste étude sur l’impact des écrans dans le développement cognitif des enfants, le temps passé devant les écrans interactifs modèle le fonctionnement du cerveau.

© iStock – RichVintage.

 

Membre de l’American Academy of Pediatrics, le Dr Dimitri Christakis s’est intéressé à l’impact des smartphones et tablettes sur le développement du cerveau des enfants. Aux États-Unis, ceux-ci passent en moyenne 4 h et 30 min par jour devant des écrans interactifs, ce qui est d’autant plus inquiétant que de plus en plus de jeunes enfants ont accès à un smartphone, quand ce n’est pas tout simplement “leur smartphone”.

Problématiques aux yeux de ce praticien, ces écrans sont en passe de remplacer les doudous. Et s’ils devaient auparavant apprendre à se calmer d’eux-mêmes et à gérer leurs émotions (ce qui n’est pas évident pour eux), de plus en plus d’enfants ont le réflexe de se réfugier dans l’univers interactif que leur offre un smartphone ou une tablette en cas de contrariété. “Les bambins ont davantage besoin des bras de leurs parents que des apps de leur téléphone”, résume-t-il.

CBS, qui l’a interrogé, s’était déjà intéressé à l’effet des smartphones sur nos cerveaux l’an passé, se voyant expliquer par des scientifiques que les applications rendent accros les gens en générant de la dopamine, l’hormone du plaisir et de la récompense. Comment ? En exploitant une mécanique aléatoire : lorsque l’on consulte son smartphone (après une notification, par exemple), on ne sait jamais sur quoi on va tomber, bonne ou mauvaise surprise. Alors, inconsciemment, cela devient comme un jeu pour le cerveau humain, ce qui génère une addiction.

Une étude à grande échelle encore en cours

Le média nord-américain peut cette fois-ci s’appuyer sur les résultats d’une étude menée sur 10 000 enfants, à l’initiative du National Institutes of Health, par le Dr Gaya Dowling. Baptisée ABCD (pour The Adolescent Brain Cognitive Development), elle devait initialement se concentrer sur l’impact de l’alcool, des drogues, du sommeil ou encore des blessures sportives sur le développement du cerveau, auprès de sujets plus âgés. Finalement, les travaux de ces chercheurs se sont vite orientés vers des enfants de 9 à 10 ans, avec une méthodologie mixte basée sur des questionnaires et des IRM, de sorte à mesurer l’impact des écrans.

“Le temps d’écran nous a vite intéressés. Clairement, les enfants passent un temps fou sur ces écrans interactifs, sachant qu’ils sont très engageants, très interactifs. La chance qu’ils puissent avoir un impact sur le cerveau et le système cognitif, et donc sur le développement social, est très élevée”, déclare Gaya Dowling. Portant sur un échantillon de 4 500 enfants, les premiers résultats ont apporté la preuve de différences observables au niveau du cerveau des plus gros utilisateurs de produits électroniques. “Nous avons ces instantanés de leurs cerveaux et nous pourrons voir les changements lorsqu’ils reviendront plus tard pour un second scan”, expliquent les chercheurs. Ceux-ci ajoutent que “lorsque vous avez ces informations sur 12 000 patients, cela vous permet de faire des constatations solides et de toutes sortes, en mixant les paramètres et en s’intéressant aux causes précises d’un développement cognitif différent”.

Les résultats de cette étude ne sont donc pas définitifs, mais permettent d’ores et déjà aux scientifiques d’affirmer que les enfants qui passent 2 h par jour ou plus devant l’écran d’un smartphone ou d’une tablette ont de moins bons scores que les autres aux tests de mémoire et de langage. Il faudra attendre plusieurs années pour disposer de résultats plus fiables et lire les conclusions définitives de cette grande enquête, alors que la communauté scientifique s’interroge encore : le temps d’écran forme-t-il le cerveau des enfants, ou sont-ce les cerveaux des enfants qui définissent le temps passé devant les écrans ?